Orthodontie préprothétique

Orthodontie préprothétique

par le Dr BASSIGNY

Pour éviter des « acrobaties » prothétiques, des prothèses mal conçus, le sacrifice de dents saines, une démarche prothétique cohérente doit, dans certains cas, faire appel à une orthodontie préprothétique. Cette démarche, illustrée par nombreux cas cliniques, sera destinée à normaliser l’occlusion et à favoriser un bon fonctionnement de l’appareil manducateur après réalisation prothétique.

Formation accréditée par le CNFCO, 27 jours à 60 crédits = 60 crédits

Date

Le Dimanche 31 Janvier 2010 de 9h00 à 16h30,
au Millennium Hotel Paris Opéra
12 Boulevard Haussmann
75009 Paris

Programme

Pourquoi une orthodontie préprothètique ?

pour faciliter une réalisation prothétique, par exemple, grâce au redressement d’un axe molaire mésioversé

pour rendre possible une réhabilitation prothétique, par une répartition adaptée des espaces, par exemple

pour éviter la prothèse, en mésialant les molaires postérieures

pour réhabiliter l’ensemble de la denture, par un traitement pluridisciplinaire, impliquant une séquence orthodontique, avant prothèse

Cette approche concerne tout patient présentant une édentation partielle, et des malpositions ou malocclusions, quelque soit son âge.

 

Quelques exemples d’indication

  • pour l’enfant ou l’adolescent
    • les traumatismes et leurs conséquences en denture temporaire ou en denture adulte jeune
    • les agénésies (incisives latérales supérieures, incisives inférieures, prémolaires)
    • les premières molaires très délabrées ou déjà extraites
  • pour le patient adulte
    • conditions initiales (endo, paro, malpositions et malocclusions orthodontiques)
    • repositionnements simples
    • déplacements orthodontiques impliquant une orthodontie plus complexe, exemples :
    • diastèmes interincisifs, agénésies
    • répartition des espaces
    • gains d’espace : stripping , extractions
    • supraclusion, égressions orthodontiques
    • redressement d’axes molaires mésioversés
  • pour le patient adulte nécessitant une réhabilitation complexe pour l’ensemble des arcades, ce qui implique un traitement pluridisciplinaire et, dans certains cas, une chirurgie orthognathique, avant prothèse.

Qui fait quoi ?

En fonction de la compétence du praticien en orthodontie et de la difficulté du cas, on pourra différencier plusieurs cas de figure :

  • les déplacements orthodontiques sont simples et mineurs, le praticien traitant peut s’en charger
  • le traitement d’orthodontie est plus complexe et implique une bonne technicité. Seul un omnipraticien compétent en orthodontie ou un spécialiste pourront s’en charger
  • cas très complexe impliquant une approche pluridisciplinaire. Une véritable réhabilitation de la denture est nécessaire .Le praticien doit comprendre ce type d’approche et pouvoir en expliquer les grandes lignes à son patient.

Outils et moyens de la mécanique orthodontique :

–          les indications d’utilisation des appareils amovibles

–          les dispositifs multibrackets : principes

o    les nouveaux brackets autoligaturants

o    les nouveaux arcs orthodontiques et les séquences d’utilisation

o    ancrage : qu’est ce que l’ancrage ?

  • Ancrage conventionnel
  • Nouveaux ancrages osseux (ancrage« absolu ») : miniplaques, minivis

o    liste du matériel

Exemples de traitement

  1. cas simples

Conception d’un appareil amovible allégé pour adulte

Indications :

–          Vestibuloversion des incisives supérieures

–          Vestibulo ou linguo version d’une molaire

–          Diastème médian supérieur (méthode Sheridan)

–          Egression d’une dent antérieure avec fracture sous gingivale

Mode d’emploi

  1. Traitements mécaniquement plus complexes

–          répartitions des espaces antérieurs ou latéraux, avant prothèse :

o    agénésies antérieures

o    expulsion ou résorption d’une incisive après traumatisme

o    édentation partielle d’un secteur latéral

–          gain d’espace par stripping et orthodontie

–          gain d’espace par extraction de dents dépulpées en cas de DDM

–          édentement postérieur

–          traitement de l’égression d’une molaire sans antagoniste

–          redressement d’un axe molaire mésioversé

o    avec égression

o    sans égression

–          mésialisation orthodontique d’une 2ème molaire après extraction de la première

–          récupération d’une dent de sagesse comme pilier postérieur

  1. traitements pluridisciplinaires complexes:

des reprises de traitement endodontiques

des extractions

un assainissement parodontal

la pose d’implants

et un traitement d’orthodontie, pour normaliser l’occlusion.

 

Conclusion

Pour éviter des « acrobaties » prothètiques, des prothèses mal conçus, le sacrifice de dents saines, une démarche prothétique cohérente doit, dans certains cas, faire appel à une orthodontie préprothétique. Cette démarche, illustrée par nombreux cas cliniques, sera destinée à normaliser l’occlusion et à favoriser un bon fonctionnement de l’appareil manducateur après réalisation prothétique.

Chargé de cours

Dr F. BASSIGNY

orthodontiste [...]